CARRIERE DE TRAVASSAC


Le site de Travassac compte 7 filons dénommés la Giralle, la Puyboën, la Charbonnelle, la Jeanguinotte, la Martiale et les quatre-maîtres. Actuellement la Fayotte est le seul filon exploité.

Avant de pouvoir recouvrir de nombreux toits de France, l’ardoise de Travassac suit un long processus de fabrication . Tout d’abord les mineurs déterminent dans la carrière une zone de tir ou la pierre va être extraite. A l’aide d’explosifs, après une longue préparation, de gros blocs de schiste sont détachés des parois.

 


Opération de minage

Arrachage des blocs après minage

Une fois cette phase de minage terminée le «fendeur » partage avec l’aide d’un marteau les gros blocs obtenus en morceaux plus petits appelés «répartons ». Cette action est appelée le »rebillage ».


Le rebillage

Puis le «cliveur » intervient pour transformer ces morceaux de schiste en feuilles d’ardoise. Ce n’est qu’alors que le tailleur grâce à un outil nommé «taillant » donne une forme à l’ardoise ronde, carrée ou ogivale et la perce pour pouvoir la fixer sur les toits.

La taille
Le clivage

Chaque ouvrier consomme une tonne de pierre par jour pour obtenir 200 kilos de pierre utilisable à la fabrication de l’ardoise de toiture ou de dallage pour le sol. Ces opérations de fabrication s’effectuent de la même manière qu’au siècle dernier et exigent beaucoup de savoir-faire. Entièrement manuelle et utilisant des principes ancestraux la fabrication de l’ardoise de Travassac lui a conféré son côté «unique » et sa capacité à traverser le temps.


L’ardoise percée